RESTAURATION DES MILIEUX AQUATIQUES

Restauration hydromorphologique

L'Yvette, une rivière sous haute surveillance

Depuis plus de 200 ans, la rivière a été modifiée par l’homme, pour la maitriser, utiliser son énergie ou irriguer les cultures…
L’équilibre de nos rivières a été fortement altéré par ces actions, alors qu’une rivière en bonne santé, c’est :
  • Une qualité de l’eau préservée, avec une faune et flore diversifiée
  • Des inondations mieux maitrisées. La reconnexion des zones humides permet le stockage temporaire dans les zones d’expansion, ou encore en ralentissant le ruissellement.
  • Une biodiversité riche grâce à des écosystèmes en bonne santé.

Les facteurs impactant les cours d’eau

  • Présence de seuils et de barrages empêchant le transit des sédiments,
  • L’aménagement artificiel de berges limitant la recharge en sédiments de la rivière, qui voit son débit s’accélérer, et donc sa puissance, du fait de la faible rugosité des surfaces,
  • La rectification des ruisseaux : l’absence de sinuosité et de rugosité, l’eau voit sa vitesse et son énergie augmenter et la capacité d’érosion du ruisseau est amplifiée, favorisant les phénomènes de débordements lors de crue.

La restauration d’un cours d’eau, ou renaturation hydromorphologique, vise à améliorer sa qualité écologique, suivant des paramètres détaillés dans la directive-cadre sur l’eau. Pour atteindre ses objectifs, le SIAHVY, dans le cadre de sa compétence GEMAPI, mène une réflexion globale à l’échelle de son bassin versant et met en œuvre un certain nombre d’actions plus ou moins complexes. Ces actions contribuent à préserver la biodiversité, à aménager les berges et les abords des rivières, et à lutter contre les inondations.

Le retour au naturel

La renaturation est l’ensemble des mesures et des travaux entrepris pour retrouver un tracé et des berges proches de l’état naturel, afin de recréer des habitats propices à la biodiversité.
Le SIAHVY pratique la restauration de berges à des fins diverses :
  • lutter contre l’érosion par des techniques durables,
  • permettre le retour et le développement de la biodiversité au sein de ses berges,
  • créer des corridors écologiques qui s’avèrent particulièrement intéressants dans une logique de constitution de trames vertes et bleues,
  • valoriser l’aspect paysager des cours d’eau,
  • offrir aux riverains un cadre de vie riche et récréatif, grâce à l’implantation de panneaux descriptifs le long de l’Yvette.

Quelles solutions ?

  • Par le rétablissement de la continuité écologique par l’effacement des ouvrages.
  • Par le reméandrage des cours d’eau dans leur lit d’origine
  • Par la création de zones inondables, implantées dans des milieux ruraux, et permettant la restauration de zones humides autrefois détruites pas l’homme. Très riches en biodiversité, ces zones jouent un rôle tampon lors des crues et limitent considérablement les inondations (lien vers prévention des inondations), réduisent la vitesse de l’eau et donc les dégâts provoqués par les débordements
Le Rouillon avant enlèvement de la buse Le Rouillon apres enlèvement de la buse
rouillon2-avant Le rouillon après

Besoin de plus d’informations ? 

Retour haut de page

en 1 clic