Salicaire

Lythrum salicaria

Plante vivace de 30-150 cm.
Floraison : juin-septembre, pollinisée par les insectes et dispersée par les oiseaux. Cependant les graines de la salicaire sont très lourdes, elles ne peuvent donc pas être disséminées par le vent. Malicieuse, la plante a donc rusé : avec l’humidité de l’air, les graines libèrent un mucilage abondant leur permettant de se coller au plumage des oiseaux.

Sa tige est dressée et carrée. Elle est haute, ses fleurs sont réparties sur un long épi vertical et sa couleur est d’un violacé profond, les tiges de la salicaire sont rouges, légèrement anguleuses et ses feuilles en lames de couteau.

Elle apprécie notamment les bords des rivières et fossés en eau ou des canaux de drainage ou d’arrosage, où elle forme des touffes abondantes. Elle est aujourd’hui considérée comme une plante invasive dans de nombreuses régions du monde où elle a été importée.

La fleur fait beaucoup de nectar. Elle est donc très prisée des abeilles. Les feuilles sont comestibles crues ou cuites et l’ont été en période de disette. La tige et sa pulpe sont comestibles après cuisson.

Le saviez-vous ?

La salicaire

est classée parmi les espèces les plus invasives au xxie siècle, notamment en Amérique du Nord.

Depuis l’Antiquité, les vertus médicinales de la salicaire sont connues. Elle contient de la salicarine (composé qui arrête les hémorragies), tanin, mucilage. Ces constituants font de la salicaire un excellent remède antihémorragique, astringent et adoucissant. Elle est donc tout particulièrement conseillée contre les diarrhées. Au Kamchatka (Sibérie), la moelle de salicaire est fermentée pour obtenir une boisson alcoolisée. Ses feuilles sont également employées en guise de thé. Les jeunes pousses feuillées sont comestibles après cuisson. On les prépare comme un légume vert classique à la façon des épinards. Les fleurs de la salicaire sont riches en pigments anthocyanides (colorants bleus et rouges des fleurs). Avis aux gourmands, les fleurs ont servi à colorer les bonbons. Elles peuvent sans doute être également utilisées en teinture végétale.

Jadis, en période de famine, les feuilles de salicaire étaient occasionnellement consommées bouillies, comme des épinards. La salicaire est parfois appelée « herbe aux coliques », en raison de la puissante action anti-diarrhéique de ses feuilles ; elle était autrefois particulièrement utilisée afin de soulager les coliques du nourrisson

Découvrez également

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Retour haut de page

en 1 clic