Truite fario

Salmo trutta fario

D’une longueur allant de 20 à 100 cm chez l’adulte, elle possède un corps élancé et fusiforme parfaitement adapté à une nage rapide.
Son poids moyen est de 150-400 g, plus de 7 kg maximum. Durée de vie : 6 à 13 ans.
Comestible et de chair délicate, la truite fario est particulièrement recherchée par les pêcheurs.

Habitat :
La truite fario aime une eau claire, froide, venant des lieux élevés, coulant avec rapidité sur un fond pierreux. On la trouvera donc aisément dans toutes les eaux de montagne, dans les rivières et les ruisseaux, aussi bien que dans les lacs, mais plus rarement dans les eaux stagnantes ayant un fond boueux (il lui faut une eau très aérée). On la rencontre sur la partie supérieure des fleuves et rivières.

Comportement :
Elle ne peut vivre et se reproduire que dans les eaux fraîches à forte teneur en oxygène. C’est un poisson robuste qui peut remonter de rapides courants et sauter à une grande hauteur. Elle possède une excellente vision. En moyenne la truite reste postée, immobile, pendant 86 % de son temps. Elle nage dans le courant moins de 1 % du temps. Ce comportement est expliqué par le souci d’économiser de l’énergie. Les postes de la truite sont précis de quelques centimètres voire millimètres, pour se maintenir avec précaution dans les veines de courant faible. Elle vit ainsi dans les eaux rapides mais à l’abri du courant.

Alimentation :
Carnassière dès son jeune âge, la truite fario consomme toutes sortes d’invertébrés, larves, insectes, crustacés, mollusques. Plus elle vieillit, plus les vairons, loches, chabots et même truitelles rentrent dans son menu. Mais elle consomme aussi volontiers des proies terrestres tombées malencontreusement dans l’élément liquide telles que sauterelles ou vers de terre.

Reproduction :
Pour le frai la truite recherche des eaux peu profondes. Elle se reproduit à partir de 3 ans (soit 25 cm et un poids de 200 g). La truite fario fraie d’octobre jusqu’à février dans certaines régions. La ponte a lieu plus tôt à la source d’une rivière que vers son embouchure (environ 2 000 œufs par kg de son poids). La fécondation est externe. Les œufs, de la taille d’un pois, sont laissés dans un trou et ensuite recouverts de sable. L’incubation dure de quarante à soixante jours, suivant la température. Les larves, longues de 15 à 25 mm, se cachent dans les interstices du fond et vivent sur leur vésicule vitelline jusqu’à leur émergence au printemps. Les juvéniles occupent ensuite un territoire et développent une hiérarchie pour l’occupation des meilleures zones de nourrissage. Ils effectuent pour cela des migrations plus ou moins importantes vers l’aval.  Avant même que les œufs soient développés, beaucoup de poissons de fond en détruisent ou en dévorent un grand nombre. Plus tard, beaucoup de poissons donnent la chasse aux jeunes truites, même les truites adultes qui dévorent leur propre progéniture. Enfin, plus âgées, les truites ont de terribles ennemis tels les rats d’eau et les couleuvres aquatiques.

Menace / Protection :
La pollution de l’eau, l’artificialisation des cours d’eau, souvent associée à la destruction ou dégradation des zones de frayères et des habitats favorables, certaines maladies, les obstacles artificiels à la migration des truites (grands barrages et seuils ou autres barrages infranchissables, rejets d’eaux chaudes et/ou d’eaux très pauvres en oxygène). La pollution génétique.

Le saviez-vous ?

Sa chair rosée ou saumonée est due à la richesse de son alimentation en crustacés riches en pigments caroténoïdes.
Truite fario adulte

Découvrez également

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Retour haut de page

en 1 clic