Ragondin

Myocastor coypus

Le ragondin est un grand rongeur d’eau, massif et trapu. Son corps mesure de 40 à 60 cm, la longueur de la queue varie entre 25 et 45 cm. Le ragondin adulte atteint un poids de 6 à 7 kg : c’est l’un des plus gros rongeurs. Ses quatre incisives sont nettement orange chez l’adulte (émail de protection).
Les traces de l’animal montrent quatre pattes composées de cinq doigts à longues griffes. Les doigts de la patte antérieure sont libres alors que, pour quatre d’entre eux, les doigts de la patte postérieure sont reliés par une palmure.

Habitat :
Le ragondin s’installe le long de hautes berges d’eaux claires, généralement courantes. Il préfère les rives envahies de végétation. Il peut aussi vivre près d’eaux saumâtres. C’est un excellent nageur. Pour fuir ou pour se nourrir, il peut rester immergé 5 minutes.
Son activité est surtout crépusculaire, bien qu’il soit parfois nocturne (ou diurne en saison froide).
Il creuse des terriers très profonds dont l’entrée est partiellement immergée. Il y vit en groupe. Ce terrier est plutôt une adaptation aux régions froides (mise bas et protection contre le froid) mais ce n’est pas une généralité.
Il supporte mal les hivers rigoureux, ce qui freine son expansion. Il ne survit pas quand l’eau est recouverte de glace. Les fortes chaleurs sont aussi une cause de mortalité.

Alimentation :
Le ragondin est strictement herbivore. Son régime alimentaire se compose de nombreuses plantes, en particulier des graminées, selon les milieux et les saisons. Il est également attiré par les plantes cultivées comme le maïs ou le riz. Il peut aussi avaler des bivalves d’eau douce et quelques poissons. Il ne fait pas de provisions de nourriture. Il utilise ses pattes avant pour tenir les aliments.

Reproduction :
Cette espèce est très prolifique : mâles et femelles sont aptes à la reproduction toute l’année et 3 portées par an sont possibles. La gestation dure 4 mois et demi. La femelle met bas 4 à 6 petits, qui pourront à nouveau se reproduire 6 mois plus tard. En son absence, un nid d’herbes sèches est bâti dans la végétation. Les jeunes sont précoces. Ils naissent velus et apprennent vite à nager.

Les principaux prédateurs naturels du jeune ragondin sont, en France, le renard, l’hermine et le putois, ainsi que certains oiseaux (busard des roseaux et héron). Il n’a pas de compétiteur, mis à part le castor. Il chasse facilement le rat musqué.

Le ragondin a été acclimaté en France pour utiliser sa fourrure, en imitation de fourrure plus précieuse comme celle de la loutre ou du castor. On utilise aussi son poil dans la fabrication de feutre à chapeau. Sa chair est comestible, cuisinée en pâtés.

Cet animal détruit les frayères et élimine la végétation des rives. Il cause des dégâts aux cultures ainsi qu’à la tenue des berges. Selon les préfectures, le ragondin peut être classé comme nuisible. Le contrôle des populations est alors autorisé sous certaines conditions (piégeages, chasse). Depuis 1987, le ragondin est classé gibier. En outre, cet animal assez repoussant peut être porteur de maladies comme la leptospirose ou la douve du foie.

Myocastor coypus nageant dans un lac
Rongeurs regroupés

Le saviez-vous ?

La leptospirose est une zoonose : une maladie transmise à l’Homme par l’urine de certains rongeurs, dont le ragondin.

Découvrez également

Vous aimez ce contenu ? Partagez-le

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Retour haut de page

en 1 clic